Logo Ecartegrise.fr
Votre recherche doit contenir plus de 3 caractères

Circulation à Paris : les mesures fortes proposées par Anne Hidalgo

Circulation à Paris

La mise en place de la zone de circulation restreinte et autre restrictions temporaire (circulation alternée) durant les pics de pollution ont déjà bouleversé la circulation automobile à Paris. Alors que les municipales approchent à grands pas, la maire de Paris avance un programme fortement teinté de vert. Anne Hidalgo propose, entre autres, de réduire à 30 km/h la vitesse maximale autorisée dans toutes les rues de Paris.

Lutter contre la pollution automobile dans la capitale

Anne Hidalgo tente manifestement de séduire l’électorat écolo. À ce titre, David Belliard a rejoint sa campagne. Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit de la figure de proue du parti écolo à Paris. La lutte contre la pollution étend devenue l’un des axes majeurs de la politique d’Anne Hidalgo, elle souhaite « réduire la place de la voiture dans notre ville ».

Les propositions d’Anne Hidalgo

La maire actuelle de Paris a dévoilé un manifeste rédigé en collaboration avec David Belliard. Si ce texte n’est pas définitif, il contient les grandes lignes des politiques qui seront implémentées en cas de réélection.

Il y a notamment la réduction généralisée de la vitesse maximale autorisée à 30 km/h. Une mesure déjà mise sur le tapis il y a 3 ans, mais qui n’a été que très peu appliquée jusqu’à présent. Ce sont surtout les grands axes de la capitale qui sont concernés, vu que de nombreuses rues sont déjà limitées à 30 km/h. Bien que l’on observe des disparités par arrondissement. À titre d’exemple, les rues du 17e reste majoritairement à 50 km/h. Alors que dans le 12e, de nombreuses rues sont déjà limitées à 30 km/heure. Il n’y aurait que de très rares exceptions, comme le boulevard Sébastopol ou les Champs-Élysées.

En ce qui concerne le périph, la vitesse serait abaissée à 50 km/h. Le boulevard périphérique ferait également l’objet d’aménagements importants. À savoir la création d’une voie réservée aux transports en commun, puis l’élimination progressive de voies. À terme, l’objectif est de même prévoir des passages pour piétons. L’élimination de places de parking pour agrandir les trottoirs est aussi envisagée sur le plus long terme. Les véhicules diesels devraient quant à eux être totalement bannis de Paris d’ici 2024.

Des propositions qui ravissent ou qui fâchent

Si certains Parisiens applaudissent des 2 mains, d’autres sont moins enthousiastes. Pierre Chassseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes, appartient manifestement au second camp. Sur BFM Paris, il a qualifié de grotesque la velléité d’abaisser la vitesse à 30 km/h. Ce n’est pas la première fois que le représentant de l’association est en désaccord avec la maire de la capitale. Il a notamment accusé celle-ci de promouvoir les inégalités. « Soit on a la bonne voiture, soit on doit prendre les transports en commun, » a-t-il déclaré.

SERVICE EN LIGNE

Pratique !
Votre carte grise en 1 clic