Logo Ecartegrise.fr
Votre recherche doit contenir plus de 3 caractères

La préfecture de Toulouse et la ville en guerre contre Uber

uber

Les contrôles des chauffeurs vont se multiplier dans la Ville Rose

Aux 4 coins de l’Hexagone, Uber divise. Si les taxis se dressent évidemment contre cette entreprise qui permet aux particuliers de jouer au taxi en estimant qu’ils leur font de la concurrence déloyale, certains estiment qu’il s’agit d’une nouvelle solution de mobilité qui a toute sa place dans un environnement économique dynamique et concurrentiel.

À Toulouse, les autorités se sont rangées dans l’autre camp, alors qu’Uber a débarqué dans la Ville Rose en septembre 2014. La semaine dernière, les forces de police locales ont démarré toute une série de contrôles qui ont débouché sur l’arrestation d’un chauffeur Uber.

Une nouvelle pression qui s’ajoute à celle déjà mise par les taxis, qui organisent régulièrement des manifestations là où Uber recrute. Contrairement aux chauffeurs de taxi, les particuliers qui arrondissent leurs fins de mois avec Uber ne paient pas de charges sociales, d’assurance professionnelle spéciale et ne sont pas soumis à d’autres obligations légales, comme un test de conduite encore des contrôles médicaux réguliers.

De son côté, Uber estime que les VTC n’étant pas interdits par la loi en France, ses chauffeurs ont le droit d’exercer sur le territoire, d’autant qu’après la dernière loi passée sur le statut des taxis, rien n’a été mis en place pour interdire les VTC, même si leur statut est un peu plus encadré désormais.

SERVICE EN LIGNE

Pratique !
Votre carte grise en 1 clic