Logo Ecartegrise.fr
Votre recherche doit contenir plus de 3 caractères

Plaques d’immatriculation provisoires : attention à ne pas sortir de l’UE !

Algesiras

De gros soucis rencontrés par des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient servir de mise en garde à toute personne qui à l’idée de sortir d’Europe avec une plaque provisoire WW française ou de tout autre pays de l’Union : vous risquez d’avoir des ennuis sur le chemin du retour, les douanes pouvant exiger une taxe de 31 % de la valeur de la voiture !

Plaques provisoires : de nombreux véhicules bloqués au port espagnol d’Algésiras

La situation a été décrite par des MRE circulant avec un véhicule à plaques provisoires qui sont rentrés au pays pour les vacances. Alors qu’ils prenaient le chemin inverse pour rentrer chez eux, ils se sont retrouvés bloqués à la douane espagnole. Motif : ces véhicules ne disposant pas de déclaration d’importation, les douanes exigent le paiement immédiat d’une taxe de 31 %, sans quoi l’entrée sur le territoire européen leur est interdite. Les conducteurs doivent soit payer sur-le-champ la taxe, soit abandonner la voiture !

Vu que les douanes visent manifestement les véhicules haut de gamme, cela représente des milliers d’euros à débourser. C’est ainsi que des familles se retrouvent pendant quelques jours à vivre dans leur voiture, littéralement bloqués au port d’Algésiras. Un expatrié marocain d’Allemagne a notamment publié des vidéos sur YouTube pour expliquer le cas de sa voiture immatriculée avec des plaques de transit allemandes. Mais il est loin d’être le seul à être concerné. Son conseil si vous êtes déjà au Maroc avec une plaque WW française ou toute autre immatriculation de transit européenne : évitez les ports espagnols, même si le problème peut se présenter en Italie.

Des MRE furieux

Si ces Marocains résidant à l’étranger sont furieux, les douanes ne font qu’appliquer la loi. Même si, manifestement, tous leurs droits n’ont pas été respectés (notamment lorsqu’un expatrié s’est vu essuyer un refus lorsqu’il a demandé un interprète, alors que la loi prévoit ce droit). Ils se plaignent également qu’on les laisse sortir de l’UE puis qu’on les empêche de revenir.

Que faire pour être en ordre ?

Pour éviter de devoir payer des milliers d’euros dans l’aventure, il n’y a qu’une solution : ne partir à l’étranger qu’avec des plaques d’immatriculation définitives. Dans ce cas vous ne courez bien entendu aucun risque. Les plaques provisoires étant souvent utilisées pour l’exportation, cela explique pourquoi ces taxes sont exigées. Les plaques provisoires françaises ont déjà posé des problèmes en Allemagne, alors il n’est pas étonnant qu’elles soient encore plus problématiques en dehors de l’UE.

SERVICE EN LIGNE

Pratique !
Votre carte grise en 1 clic