Logo Ecartegrise.fr
Votre recherche doit contenir plus de 3 caractères

Circulation alternée à Paris : une fausse bonne idée ?

Le phénomène des fausses plaques d’immatriculation pourrait empirer

Paris n’est certes pas Pékin ou Shanghai, mais les problèmes de qualité de l’air deviennent de plus en plus sérieux et fréquents. C’est pourquoi les politiques évoquent la possibilité de mettre en place une circulation alternée durant les pics de pollution. Seulement une partie des véhicules, portant un certain numéro de plaque d’immatriculation (un numéro pair est autorisé à circuler les jours pairs et inversement), seraient autorisés à circuler lorsque la qualité de l’air est en danger dans la capitale.

L’expérience a déjà été tentée en 1997. Elle avait permis de diminuer le trafic de 20 %, d’après Jérôme Clave, directeur d’Airparif. Évidemment, si les automobilistes comprennent bien la problématique écologique, la voiture peut s’avérer être un impératif, notamment pour des raisons professionnelles.

Mais à côté de ces motifs pratiques, l’idée inquiète pour une autre raison : le risque de jeter de l’huile sur le feu du phénomène des fausses plaques d’immatriculation, qui pourrit déjà la vie de nombreux automobilistes. Si le Défenseur des Droits a proposé des mesures pour enrayer la problématique des doublettes, il est aujourd’hui toujours aussi facile d’apposer de fausses plaques d’immatriculation sur son véhicule. Avant de mettre en place un système de circulation alternée à Paris, le gouvernement aurait tout intérêt à s’attaquer d’abord à l’usurpation de plaques, s’il ne veut pas aggraver un problème déjà alarmant.

SERVICE EN LIGNE

Pratique !
Votre carte grise en 1 clic