Logo Ecartegrise.fr
Votre recherche doit contenir plus de 3 caractères

Les plaques d’immatriculation usurpées ont bon dos

Exploitation du phénomène pour contester les infractions

En ce moment, c’est le grand branle-bas de combat du côté des médias sur le phénomène de l‘usurpation de plaques d’immatriculation, qui a pris des proportions alarmantes. De plus en plus d’automobilistes de bonne foi reçoivent des procès-verbaux électroniques pour des infractions qu’ils n’ont pas commises, souvent à l’autre bout de la France.

Mais désormais, la police doit faire à un autre phénomène. Certains automobilistes profitent de l’explosion des doublettes pour tenter d’échapper au paiement d’amendes pour des infractions qu’ils ont bel et bien commises. C’est ainsi que dans le Loir-et-Cher, les forces de police ont constaté une augmentation de 30 % des contestations de procès-verbaux, de l’ordre de 30 %. En une dizaine de mois, ils ont reçu 2000 plaintes, donc 20 % pour usurpation de plaques.

Dans le reste, beaucoup d’opportunistes qui tentent de profiter de la vague de doublettes pour se faire passer pour des victimes. Cependant, cela ne marche pas, vu que la police fait une enquête. C’est ainsi qu’une automobiliste du Loir-et-Cher a refusé de payer 3 amendes, arguant qu’elle ne possédait pas de voiture. Or, l’ancien propriétaire de la voiture verbalisée a déclaré aux policiers avoir vendu son véhicule à la dame, qui a en définitive avoué avoir menti.

SERVICE EN LIGNE

Pratique !
Votre carte grise en 1 clic