Logo Ecartegrise.fr
Votre recherche doit contenir plus de 3 caractères

La préfecture de police de Paris dans la tempête

Sous-préfecture de Police de Paris

La récente manifestation des policiers sur les Champs-Élysées témoigne clairement du malaise qui s’est emparé des forces de l’ordre françaises. Les difficultés pointues que connaît la Préfecture de police parisienne, font évidemment partie de ce malaise – certains diraient de cette crise.

Une métamorphose loin d’être ravissante

Au sujet de la Préfecture de police de Paris, force est de constater la dégradation dont elle fait montre, tant dans l’imaginaire commun que dans les faits. Jadis mondialement reconnue comme institution experte dans le maintien et/ou le rétablissement de l’ordre – prenons comme exemple son action exemplaire en 1968 –, la Préfecture de police parisienne est aujourd’hui très loin de ses jours glorieux. Illustrons cela au travers des échecs de la Direction de l’Ordre Public et de la Circulation (DOPC), lors notamment des manifestations contre la loi El Khomri – les actes de vandalisme y ont été particulièrement nombreux –, lors de l’« envahissement » du Trocadéro par les hooligans du PSG ou encore lors de la « Manif pour tous ».

Des raisons diverses aptes à expliquer cette crise de la préfecture de Paris

Les raisons de l’inefficacité en question sont effectivement diverses, et l’on peut commencer par la crise de leadership des opérations. En effet, la concurrence entre la Direction de l’Ordre Public et de la Circulation (DOPC) et la Direction de la Sécurité de Proximité de l’Agglomération (DSPAP), notamment quand il est question de diriger les opérations de police à Paris, n’a clairement pas un effet positif sur celles-ci. Ajoutez à cela le renseignement défaillant, les techniques et procédures inadaptées, ainsi que le commandement laissant à désirer, et voici le résultat actuel. Et tout cela, sans mentionner que la délinquance quotidienne à Paris est en hausse considérable, qu’il s’agisse du trafic de drogue, des agressions ou encore les divers désordres de la voie publique (et on en passe).

Des idées d’amélioration pourtant présentes

Somme toute, notons également que la bonne volonté et les idées d’amélioration ne manquent pas parmi les effectifs de la préfecture de Paris. Restructuration plus adéquate de la DOPC et de la DSPAP, déconcentration du commandement, création d’une police municipale de la circulation, voici là quelques-unes de ces idées. Seront-elles mises en place ? Il faudra attendre pour le savoir, mais une chose est sûre : des réformes sont nécessaires pour que la Préfecture de police de Paris retrouve l’efficacité qui lui fut jadis propre !

 

SERVICE EN LIGNE

Pratique !
Votre carte grise en 1 clic